Archives pour la catégorie musée

musee de bijoux de bank melli – IRAN

Introduction

Le trésor unique Des Joyaux Nationaux qui est exposé au public est une collection des plus chers bijoux du monde et est fournie depuis des siècles. Chaque bijoux est une réflexion de l’histoire mouvementée de la grande nation d’Iran et exprime le talent et la créativité artistique du peuple de cette patrie, qui rappelle les souvenirs amers et doux des échecs et des victoires de la fierté et l’arrogance des souverains qui ont été puissants et faibles.


Vous, chers visiteurs qui contemplez les bijoux délicats de cette collection unique, avant d’être fasciné par leurs luisances éblouissantes, pensez aux raisons historiques et à la manière de collecter ces bijoux. Reconnaissez le jugement de l’histoire et la confiance des hommes informés et libres sur les collecteurs de ces bijoux et reconnaissez leurs objectifs à réaliser cette collection. Le trésor présent exprime d’un côté la culture et la civilisation du peuple iranien qui a eu un passé très mouvementé et d’un autre côté l’histoire des larmes silencieuses du peuple opprimé et oppressé qui était le résultat de la splendeur et de l’orgueil des puissants de l’époque passé.


Notre motivation de l’exposition de ces bijoux est de vous donner plus de connaissance sur la culture et la riche civilisation d’Iran, et aussi prendre l’exemple de l’histoire sur la fin des puissants et des riches. Avec cet objectif, la présente collection nous est confiée et exposée à vous et votre jugement. L’importance des bijoux qui existent dans «Le Trésor des Joyaux Nationaux» ne se limite pas à leurs valeurs économiques, mais exprime le talent et le goût des artisans et des artistes iraniens dans les diverses époques de l’histoire et comme un héritage culturel et artistique qui représente les beaux arts de notre grand pays.

Ces rares bijoux ont été les ornements des souverains et des autorités tout au long de l’histoire qui marquent la splendeur et la magnificence de la cour, mais comptaient aussi comme une garantie pour le pouvoir et la réserve du trésor de ce pays. Il n’y a pas d’information précise sur la qualité et la quantité du trésor avant la dynastie Safavide et on peut dire que l’histoire de ces bijoux a commencé du temps de la monarchie Safavide.


Brièvement, l’histoire de la collecte de cette collection est la suivante: avant la dynastie Safavide certains bijoux existant dans le trésor du gouvernement, mais d’après les touristes étrangers (Jean-Baptiste Tavernier, Chevalier Chardin, Les Frères Shirly, George Mainwarning et autres), les rois Safavides pendant plus de deux siècles (1502 – 1735) ont accumulé des pierres précieuses et des joyaux; même les experts du gouvernement Safavide ont acheté des bijoux du marché des Indes, la Turquie Ottomane et les pays européens comme la France et l’Italie et les importaient à la capitale Isfahan.


A la fin du règne de Soltan Hossein et l’entrée de Mahmoud Afqan en Iran, les trésors du gouvernement ont été dispersés par des agresseurs Afqan et certains ont été donnés à Achraf Afqan; après l’entré du Roi Tahmasbe II accompagné par Nader à Isfahan, les bijoux ont été récupérés par Nader qui a empêché qu’ils soient sortis de l’Iran. Ultérieurement Nader, pour regagner une partie des bijoux qui étaient portés aux Indes, avait écrit quelques lettres à la cour des Indes, mais ne recevait que des réponses défavorables. Après la victoire de Nader sur l’Indes (1745), Mohammad Chah lui a livré des argents, des bijoux et des armes. Quelques parties des biens et des trésors qui ont été obtenues des Indes sont perdues au retour vers l’Iran. Par les traditions de ce temps-là, après son retour en Iran, Nader a envoyé une partie des bijoux comme cadeau aux rois et souverains des pays voisins, Il a aussi offert quelques objets rares et beaux à la chasse d’Imam Réza et a distribué quelques autres parmi les soldats de son armée. Après l’assassinat de Nader en 1747, le chef de la Tribu Abdali, Ahmad Khan a mit la main sur les bijoux du trésor de Nader.

Une des plus fameuses pierres du trésor qui a été sortie d’Iran et n’a jamais été récupérée, était le fameux diamant : Kouhé-Noure (Montagne de Lumière), Ce diamant a passé de la main d’Ahmad Chah Durrani et puis après au Ranjit Singh de Punjab, Après la défaite de Ranjit Singh par les forces anglaises, Kouhé-Nour tombât à la main de la compagnie des Indes orientales et en 1850 fut offert à la Reine Victoria. Après cet événement jusqu’au temps de la dynastie Qadjar, il n’y avait aucun changement dans le trésor. Pendant le temps de la dynastie Qadjar, le trésor était accumulé et collecté. Certaines pierres précieuses ont étaient serties sur la couronne Kiani, le Trône Nadéri, Globe de Joyaux et le Trône de Paon (ou Trône de soleil). Deux autres nouvelles pierres précieuses se sont ajoutées progressivement aux joyaux : l’une est la turquoise qui est une des pierres précieuses iraniennes, extraite des mines de turquoise de Nichabour, et l’autre sont les perles péchées au Golf Persique.


En vertu d’une loi votée en 1937 les joyaux furent transférés à la Banque Melli d’Iran (alors Banque d’Emission) comme garantie des créances sur l’Etat, admises en caution monétaire. Plus tard ils sont devenus la collatéral des dettes du gouvernement à la banque. Le présent trésor a été construit en 1955 et puis après l’établissement de la Banque Centrale d’Iran (1960) fut transféré et déposé à cette banque, Maintenant il est sauvegardé par la Banque Markazi Jomhouri ïslami Iran (Banque Central de la République Islamique d’Iran).


Durant la glorieuse Révolution Islamique d’ Iran et la Guerre Imposée, cette collection précieuse et rare était protégée par les employés dévoués et révolutionnaires de la Banque Markazi Jomhouri Islami Iran. Actuellement, vous visitez une collection unique des pierres précieuses qui s’est accumulée pendant de longues périodes turbulentes. Nous espérons qu’avec la considération de ces objets et le rappel de Dieu, le tout puissant, vous verrez la place finie des hommes dans le vaste monde, et reconnaître que la place des couronnes et les tiares est dans un musée où l’on montre l’histoire sanglante et pénible que ne se répète jamais.

On peut dire beaucoup sur cette merveilleuse collection, mais personne ne peut donner la réponse correcte à cette question: quelle est la valeur de cette collection ? Personne ne connaît la réponse de cette question. Car cette collection contient des pierres précieuses qui sont uniques au monde. La réponse à cette question est peut-être la suivante: du point de vue artistique et historique la collection des Joyaux Nationaux est telle que même les estimateurs les plus experts du monde ne peuvent évaluer sa valeur réelle ou estimable.

Le Trône Nadéri

Selon les historiens, en plus du fameux trône de Paon, Nader Chah aurait rapporté à son retour des Indes (1739-40) neuf autres trônes sertis de pierre précieuses, C’est Malcolm (History of Persia, Vol II, p.37) qui a rapporté que Nader Chah aimait le Trône de Paon, et il a donné l’ordre de réaliser un trône similaire avec les pierres existantes. Mais on ne possède aucune trace de ces trônes, et toujours selon les historiens, ils doivent avoir tous disparu après l’assassinat de Nader Chah (1747).


Bien que connu sous le nom de Trône Nadéri, le trône actuel n’a aucun rapport avec Nader Chah. Il a été réalisé pendant le règne de Fath-Ali Chah (1798-1834). Fort épris des fastes de la Cour qu’il aimait montrer à ses sujets et aux envoyés étrangers qui le visitaient à ses résidences dans la banlieue de Téhéran, ce souverain fit construire ce trône. A ce propos ce trône est composé de 12 parties séparées, ce qui rend son transport facile. Fait en bois, il est couvert de plaques d’or ciselées et émaillées sur lesquelles sont incrustés un total de 26,733 pierres précieuses. Mohamad Réza Pahlavi s’en servit lors de son couronnement.

 

 

Couronne utilisée par Rèza Khan et Mohammad Réza Pahlavi

La couronne utilisée par Rèza Khan et Mohammad Réza Pahlavi. Cette couronne a été réalisée d’or et d’argent, ornée de diamants, d’émeraudes, de saphirs et de perles. L’étoffe de la couronne est en velours rouge. Aux quatre côtés de la couronne, les dentelures crénelées ainsi que les soleils rayonnants des quatre faces sont inspirés du style des couronnes des rois sassanides, tout en diamants. Sur le front de la couronne, au centre du soleil, il y a un gros diamant jaune, le nombre de pierres précieuses ornant la couronne et leurs poids sont respectivement :

Diamants 3,380 pesant 1.144 carats

Emeraudes 5 pesant 199 carats

Saphirs 2 pesant 19 carats

Perles 368 pièces.

Le poids total de la couronne est 2080 grammes.

La couronne qui avait servit aux rois Qadjar était la couronne Kiani, mais Réza Khan lors de son couronnement en 1925; ne désirant pas se servir de cette couronne-là, chargea un groupe de joailliers iraniens présidé par Séradj-eddine Djavahéri, un joaillier caucasien émigré de Russie en Iran, à réaliser une nouvelle couronne utilisant des pierres sélectionnés dans le Trésor. Réza Khan et Mohammad Réza Pahlavi s’en servirent pour leurs couronnements,

Diamant Daryaê-Nour

Le fameux diamant Daryaê-Nour (Mer de Lumière) tient peut-être la première place parmi les Joyaux Nationaux, Son nom est lié à côté de Kouhé-Nour (Montagne de Lumière). Vraisemblablement par la similarité de leurs noms, ils sont toujours évoqués ensemble dans l’histoire, Quoiqu’il n’y ait aucune similarité entre leurs tailles et leurs couleurs, tous les deux ont appartenu au Nader Chah mais après la mort de celui-ci, Ahmad Khan Abdali mit la main sur le Kouhé-Nour et se dirigea vers l’Afghanistan, Après lui, son successeur Chah Chodja fut obligé de le céder à Runjit-Singh (le Lion de Punjab); de là il devint propriété de la Compagnie des Indes Orientales et fut offert à la Reine Victoria, et à l’heure actuelle il se trouve sur la couronne de la Reine Victoria parmi les joyaux de la Couronne britannique.


Le Daryaé-Nour demeura cependant en Iran et après l’assassinat de Nader Chah il appartint à son petit fils Chahrokh Mirza, puis à Amir Alam Khan Khozeymé, Il fut la propriété de Lotf-Ali Khan Zand, puis celle d’Aqa Mohammad Khan Qadjar, le fondateur de dynastie des Qadjars. Nasser-eddine Chah croyait que ce diamant était parmi les Joyaux de la Couronne de Cyrus (558-529 AC) et il était très enthousiaste et utilisé comme l’aigrette ou la broche. La gestion du Daryaé-Nour était confiée à un homme au statut spécial et de haut rang, Plus tard Daryaé-Nour est entré dans le Trésor des Joyaux Nationaux.


Il pèse 182 carats de couleur rosée. En 1965, pendant les recherches faites par un groupe canadien sur les Joyaux Nationaux, quelque point intéressant ont été révélés: les recherches l’ont mené à la conclusion que le Daryàé-Nour représente la majeure partie de la fameuse « Grande Table » vue par J-B Tavernier à l’est en 1642 et qui pesait 242 carats. L’autre partie, retaillée en brillant ovale qui pèse 60 carats et est nommée Nour-ol-A’yne (Lumière Des Yeux) se trouve sur le diadème No.2 de la vitrine No.26.

Globe de Joyaux

II a été réalisé en 1869 par un groupe de joailliers présidé par le fameux joaillier iranien Abraham Massihi sur l’ordre de Nasser-eddine Chah, avec des bijoux non montés existant au Trésor. Le poids de l’or utilisé est de 34 kg et les pierreries est de 3,656 gr. Le nombre de pierres précieuses est de 51.366, Il n’est pas très aisé de situer les différents pays sur ce globe parce que la dextérité des joailliers était plus en bijoux que la géographie.

Les mers sont en émeraudes juxtaposées d’un très beau vert, la plupart des terres sont représentées en rubis, l’Asie du Sud-Est, l’Iran et l’Angleterre sont en diamants; les Indes en rubis, l’Afrique Centrale et l’Afrique de Sud sont en saphirs et l’équateur ainsi que les autres lignes géographiques en diamants, Le globe repose sur un support en or massif d’un diamètre de 66 cm ciselé et monté de pierres précieuses.

Le Trône de Paon (Trône de Soleil)

Pendant le règne de Fath-Ali Chah (au début de 19è siècle) et sous son ordre, un grand trône a été construit sous la supervision de Nazem-o-Dowlé Mahammad Hossein Khan Sadr Esfahani, le gouverneur d’Isfahan, utilisant de l’or et les pierres précieuses non-montés du Trésor. Grâce au dessin du soleil incrusté de pierres précieuses sur le dossier du trône, il est devenu fameux comme « Trône de Soleil ». Après le mariage de Fath-Ali Chah avec Tavousse (En persan Tavousse signifie Paon) Tadjodowlé, à cause de son nom, le nom de trône a été changé au « Trône de Tavousse ». Quelques iraniens croyaient que ce trône est le même trône emporté des Indes. En accordance de définition de Tavemier sur le « Trône de Paon » et d’autres informations, ils sont arrivés à cette conclusion que ce trône ne peut pas être le trône original. Pour confirmation, ils se sont entretenus avec Nasser-eddine Chah sur cette question et ils en ont conclut que le présent « Trône de Paon » a été construit par ordre de Fath-Ali Chah et a été nommé après son mariage avec sa femme préférée « Tauousse Khanom » ou Mme Paon comme « Trône de Paon ».


Quelques années après la mort de Fath-Ali Chah comme Nasser-eddine Chah aimait les bijoux, a donné l’ordre de réparer le trône avec quelques petits changements. Ainsi, quelques panneaux ont été ajoutés au trône représentant des poèmes qui confirme la réparation du trône par Nasser-eddine Chah, Les poèmes, en bleu émail et sur le fond d’or, sont arrangés très régulièrement et révèlent le fait qu’ils sont ajoutées au trône pendant sa réparation, Le Trône de Paon était gardée au Palais Golestan; mais en septembre de 1981 il a été délivré au Trésor des Joyaux Nationaux, lié à la Banque Central de la République Islamique d’ Iran; est placé parmi les autres objets similaires et riches en pierres précieuses (Sujet de la loi approuvée en 1927).

 

 musee de bijoux de bank melli - IRAN dans musée clip_image001

 

clip_image002 dans musée      Vitrine n° 2 Carafe en or et émail.

 

 

 

 

 

clip_image003      Vitrine n° 3Le Chandelier.

 

 

clip_image004   Vitrine n° 5  Narguilé serti de turquoises.

 

 

 

clip_image005    Vitrine n° 11Une coupe de rubis

 

 

 

clip_image006   Vitrine n° 19 Couvre-chef d’Abbas Mirza

 clip_image007  Vitrine n° 23Broches serties de perles

 

 

clip_image008  Vitrine n° 26Diadème de platine

 

clip_image009  Vitrine n° 27 Tabatière d’émeraudes.

 

 

clip_image010 Vitrine n° 34Couronne utilisée à la dynastie Pahlavi

 

Pomme d'acacia |
Suivi du Guigui en Roumanie |
Camino del Norte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | STANDARD CAR
| classe scientifique à Piria...
| Asie du sud by Greg